Délocalisation de service à Madagascar : cas du call center
Rechercher un article

Pourquoi les centres d’appels s’intéressent-ils à la délocalisation de service à Madagascar ?

Face à un marché concurrentiel, les entreprises françaises ont trouvé un moyen efficace pour maximiser leurs profits et rester compétitives. Cette stratégie concerne la délocalisation de service à Madagascar. En effet, transférer une activité à l’étranger apporte beaucoup plus d’avantages, surtout au niveau des coûts. Ce qui implique la pérennité et la croissance de l’entreprise. Auparavant, seul le secteur de la production de biens pouvait profiter des avantages de la délocalisation.

Aujourd’hui, la mondialisation a permis de développer une autre forme de délocalisation : la délocalisation des services. C’est pourquoi, les entreprises peuvent transférer les activités ayant un lien avec le web, le traitement des données, la télécommunication et bien entendu les centres d’appels. A Madagascar, ce sont les centres de contact client délocalisés, également appelés centres offshore qui inondent le marché.

Quelle en est la cause ? En d’autres termes, pourquoi les entreprises délocalisent-elles leurs services de call center à Madagascar ? Zoom sur le sujet.

 

argent-horloge-délocalisation de service à Madagascar-activsolutions

Délocalisation de service à Madagascar : le coût de production est inférieur

Pour une entreprise, la délocalisation ou offshoring est l’action de déplacer une unité de production vers un autre pays. Dans ce contexte, Madagascar est le pays d’implantation. Les TPE, PME, auto-entrepreneurs et grandes sociétés ont choisi cette destination, car le coût de production est largement bas. Le coût de production regroupe la main-d’œuvre et les ressources. En effet, Madagascar est un pays en développement. De ce fait, le salaire et les équipements sont peu coûteux.

Une délocalisation de service à Madagascar permet aux entreprises de réaliser beaucoup d’économies. Raison pour laquelle elles sont nombreuses à transférer leur centre d’appels vers ce pays. De plus, les téléopérateurs malgaches peuvent gérer plusieurs activités telles que la télévente, l’assistance technique, le service client, le télésecrétariat, le SAV, etc. Par ailleurs, le salaire est bas. Toutefois, la main-d’œuvre est qualifiée.

Le transfert de siège social : une fiscalité plus douce

Il est vrai que la fiscalité à Madagascar n’est pas la plus avantageuse sur le marché de l’offshore. Or, c’est l’une des raisons qui pousse les centres d’appels à transférer leurs activités dans ce pays. En effet, l’adresse de domiciliation de l’entreprise détermine le régime fiscal applicable. De ce fait, les bénéfices réalisés par la société sont imposés selon la réglementation malgache. Ce transfert de siège social permet également d’éviter une double imposition.

Les call center à Madagascar se trouvent dans la catégorie des entreprises franches. Par conséquent, ces structures bénéficient d’une exonération d’impôts sur le revenu sur leurs deux premières années d’exercice d’activité. Passé ce délai, le taux d’imposition est à 10 %. Puis, la TVA s’élève à 20 %. Enfin, le taux de charges sociales est également plus supportable. Tout cela explique pourquoi les centres d’appels offshore veulent recruter des talents à Madagascar.

illustration-passer un appel-délocalisation de service à Madagascar-activsolutions

Délocalisation de service à Madagascar : la maîtrise de la langue française

Les services des centres d’appels ont vu le jour grâce au développement des technologies de communication. En effet, la mise en place d’un call center permet d’instaurer un dialogue à distance entre une entreprise et sa clientèle et prospects. Par ailleurs, on retrouve ce service dans tous les secteurs d’activité comme l’e-commerce, le secteur bancaire, l’assurance, l’immobilier, la distribution, le secteur médical et juridique, etc. Par conséquent, la maîtrise d’une langue de communication est primordiale.

Fort heureusement, c’est l’un des atouts des malgaches. Madagascar a hérité d’un élément culturel depuis la période de colonisation. Il s’agit de la langue française. En effet, le français est devenu une langue officielle partout dans la Grande île. C’est pourquoi, la délocalisation de service à Madagascar attire particulièrement les centres offshores francophones. Cependant, on remarque que de plus en plus de téléopérateurs malgaches sont bilingues, voire multilingues. Ce qui permet au centre d’appels d’opérer sur le marché international.

Mais encore ?

Outre l’avantage fiscal et économique, délocaliser un call center à Madagascar permet également d’avoir une ligne téléphonique disponible sur des horaires plus étendus. Les équipes se relaient jour et nuit pour assurer un service permanent. Par ailleurs, cela est possible grâce à un faible décalage horaire. Par la suite, les agents doivent traiter un volume d’appels important par jour. De ce fait, l’atteinte des objectifs dépend également des ressources matérielles.

Grâce à une infrastructure de télécommunication de qualité, les investisseurs étrangers ne cessent de créer une société à Madagascar. Ainsi, les centres d’appels offshore bénéficient d’une connexion internet à très haut débit. L’installation des câbles sous-marins a aussi favorisé le développement des entreprises œuvrant dans le secteur de la communication. Tous ces éléments ont incité les sociétés d’externalisation, à savoir les centres de relation client à opter pour l’offshoring à Madagascar.

En résumé, un call center délocalisé à Madagascar est soumis à des prélèvements moins lourds. Il peut également diminuer son coût de production sans sacrifier la qualité. Ainsi, Madagascar offre tous les atouts nécessaires pour attirer l’investissement étranger.

Évaluer ce post

Partager cette publication

Facebook
Twitter
LinkedIn
Skype

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.